J’ai posé ma première question au gouvernement sur le projet de loi contre le séparatisme, terminologie qui a changé depuis. J’ai souhaité notamment l’alerter sur l’absence dans ce Plan du séparatisme en milieu carcéral. L’occasion également de rappeler la situation extrêmement difficile du personnel pénitentiaire, notamment celui de la Maison d’arrêt de Bois d’Arcy. J’ai demandé au Garde des Seaux de lutter plus intensément « contre le séparatisme islamiste dans les prisons, devenues des accélérateurs de radicalisation « . Réponse très agacée du Garde des Seaux…

Ma question au gouvernement dans son intégralité :« Monsieur le Premier ministre,Vendredi, le Président de la République présentait un “plan de lutte contre les séparatismes”. Derrière le pluriel, nous savons tous que c’est l’islamisme radical, communautariste et sécessionnaire, qui est désigné.Il n’a rien à voir avec l’attachement à une spiritualité ou à un héritage culturel, tel que des millions de nos compatriotes musulmans peuvent le vivre. Le séparatisme islamiste est une machine de conquête. Des corps, des esprits, des territoires. Après plusieurs mois d’attente, vous nous proposez enfin des outils concrets et opérationnels. Il y a toutefois, Monsieur le Premier ministre, un angle mort, une lacune majeure dans ce plan. Je veux parler des Prisons. Oui, aujourd’hui, la prison est devenue, à l’intérieur, un accélérateur de radicalisation, et à l’extérieur, un diffuseur de séparatisme. 500 détenus le sont pour des faits en lien avec le terrorisme islamiste, 1.500 autres, de droit commun, sont connus comme radicalisés, selon l’excellent rapport de notre collègue Eric Diard et ses propositions concrètes. Autant de menaces en puissance, pour les autres détenus et pour le reste de la société quand ils ressortiront. Le maire de terrain que j’ai été, et surtout le nouveau député alertent sur l’urgence d’une action forte et déterminée, à tous les niveaux.Si je salue les annonces d’augmentation de budget, l’achat de futurs équipements de brouillage, la volonté d’enrayer les suicides en milieu carcéral, il faut faire plus et plus vite.Contre la surpopulation carcérale et les cellules insalubres, il faut construire les places promises. Contre le séparatisme islamiste, qui menace directement la vie des surveillants pénitentiaires, à qui je veux rendre hommage, il faut des actes.Monsieur le Premier ministre, qu’allez-vous faire pour lutter contre le séparatisme islamiste dans les prisons ? »

Article précédentDans la presse
Article suivantSéminaire de rentrée parlementaire